The power of QA in a translation project

Le pouvoir de l'assurance qualité dans les projets de traduction

En tant que chef de projet de traduction, vous êtes tenu de rendre des comptes au client en toutes circonstances. Le chef de projet est aussi celui qui livre : il ne peut jamais complètement se reposer sur les linguistes et partir du principe que le fichier qu'il reçoit pour finalisation est sans erreur. Même si les traducteurs vérifient les documents traduits avant livraison, certains problèmes peuvent passer entre les mailles du filet et il incombe au chef de projet de s'assurer que la qualité finale répond aux exigences du client. 
 
Cependant, lorsque l'échéance est MAINTENANT et qu'il faut à tout prix gagner du temps, il peut être tentant d'effectuer un simple contrôle pour la forme, plutôt qu'une vérification approfondie, en vue de respecter les délais. Parfois, on peut même s'en sortir en toute impunité si l'on a de chance. C'est risqué, mais une livraison tardive peut s'avérer plus grave. Néanmoins, dans certains cas, le risque est trop important pour être pris. Un bon exemple est le projet de traduction en relais.

Traduction en relais

Ici, chaque projet comporte deux cycles de traduction : la traduction de la première phase devient la source de la deuxième phase. Cela peut paraître compliqué, mais c'est souvent la seule solution lorsque le budget est serré. Imaginez, par exemple : même si vous parvenez à trouver un traducteur du croate au finnois, la facture sera certainement très élevée. Vous pouvez aussi bien décider de faire traduire la source croate en anglais, puis l'anglais en finnois : le total des deux prestations pourrait même s'avérer moins cher.

C'est précisément là que les chefs de projet ne peuvent pas faire l'impasse sur la procédure d'assurance qualité, car le risque est proportionnel au nombre de langues cible. S'il reste des fautes dans la première traduction, généralement en anglais, elles se répercuteront probablement dans toutes les langues cible secondaires. Imaginez-vous corriger des erreurs de traduction dans 26 langues, sans parler des erreurs de balise dans les langues que vous ne savez même pas déchiffrer ! C'est pourquoi il est dans l'intérêt de tous que le fichier traduit dans un second temps fasse l'objet d'un contrôle d'assurance qualité approprié.

Relecture et vérification : le duo infaillible de l'assurance qualité

Même si le fichier est long et rempli d'erreurs, il existe un moyen de résoudre les problèmes. La relecture est ce qui convient le mieux pour rectifier les traductions incorrectes, mais elle ne suffit pas pour détecter les erreurs de balise. La vérification, quant à elle, permet d'identifier les balises manquantes ou mal placées ainsi que les problèmes d'espace, mais elle n'est pas adaptée pour vérifier la qualité de la traduction. Par conséquent, l'approche la plus sûre consiste à intégrer les deux opérations dans le processus d'assurance qualité.

Dans SDL Trados Studio, il est possible d'affiner davantage l'assurance qualité en activant la vérification terminologique en plus du contrôle qualité effectué par défaut (QA Checker) et du vérificateur de balises. En outre, vous pouvez paramétrer les critères de vérification et définir des niveaux d'alerte appropriés : ainsi, rien n'échappe à cet examen approfondi. J'ai répertorié ci-dessous certaines fonctionnalités du vérificateur de Studio qui sont essentielles à l'assurance qualité, mais trop rarement mentionnées.

Évaluer la gravité de la situation : différence entre erreurs, remarques et avertissements

Que ce soit sous la forme de remarques, d'avertissements ou d'erreurs, le rapport de vérification offre généralement un bon aperçu de la situation ; or, il arrive que ce ne soit pas le cas. Heureusement, vous pouvez non seulement paramétrer ce que Studio doit contrôler dans la traduction, mais également définir différents degrés de sévérité pour les erreurs détectées (Paramètres du projet > Vérification > Vérificateur de balises > Commun). Voici quelques exemples où il peut être utile d'ajuster les paramètres afin de différencier les erreurs graves des potentiels bogues dans vos documents de travail.

  • Balises fantômes : Lorsque la balise ouvrante ou fermante d'une paire de marqueurs est manquante, elle apparaît sous la forme d'une balise fantôme, semi-transparente. Dans le profil de vérification par défaut, les balises fantômes sont simplement signalées sous forme de remarques, or, comme elles peuvent causer des problèmes structurels dans le fichier cible, il est essentiel de les corriger. L'un des moyens de s'assurer qu'elles ne passent pas inaperçues est de les définir comme « erreurs ».
  • Ordre des balises : Étant donné que la syntaxe diffère d'une langue à une autre, il se peut que les balises doivent être déplacées dans la traduction par rapport à la version source. Par défaut, ces modifications apparaissent comme des avertissements, même si l'ordre appliqué dans le document cible est justifié. Dans cette perspective, il peut sembler raisonnable de réduire leur degré de sévérité ; cependant, cela implique également un risque de passer à côté de réels problèmes. Restez vigilant à ce sujet.
  • Espacement : Studio contrôle aussi les espaces autour des balises et signale tout décalage même lorsqu'il est justifié ou n'a aucun effet sur la structure de la traduction finale. Visualisez par vous-même : l'ajout ou le retrait d'une espace avant ou après une balise de mise en forme (caractère gras, par exemple) n'a pas grande importance. Par défaut, ce type de différence est signalé dans les remarques et, dans la plupart des cas, cela suffit. 
  • Balises de formatage : Ici, le paramétrage ne concerne pas le degré de sévérité, mais la pertinence d'inclure, ou non, les balises de formatage dans le contrôle de Studio. Par défaut, elles ne sont pas détectées lors de la vérification, mais je recommanderais d'activer cette fonction si vous voulez vous assurer que la mise en forme du document cible correspond bien à celle du fichier source.

Pourquoi ne pas comparer uniquement ce qui est comparable ? Paramètres de vérification définis par langue

Lors des projets multilingues, il est possible que le rapport comporte quelques faux positifs si Studio évalue toutes les langues en fonction des mêmes paramètres. C'est comme comparer des pommes et des oranges : une orange verte éveille les soupçons, tandis qu'une pomme verte est dans sa forme la plus parfaite (peu de personnes affirmeraient le contraire). Grâce à Studio 2019, vous pouvez désormais définir différents paramètres de vérification en fonction de la langue cible. Ainsi, les pommes vertes ne sont pas détectées et vous n'êtes averti que si une pomme bleue se glisse dans la composition finale. Cette fonction peut être clairement configurée dans le modèle de projet notamment, ce qui permet d'appliquer le même profil de vérification à un ensemble de langues cible dans des projets similaires.

Vérification sollicitée dans le cadre des packages de projet

Lorsque vous envoyez des projets de traduction sous forme de packages de projet, vous pouvez vous assurer que les linguistes effectuent une vérification avant de renvoyer la traduction. Il est toutefois important de garder en mémoire que l'activation de cette option dans les paramètres du package de retour ne fera que déclencher la vérification. Cela ne signifie pas nécessairement que toutes les erreurs seront effectivement corrigées. Si un contrôle final approfondi reste essentiel dans tous les cas, cette option peut vous aider à impliquer davantage les traducteurs dans le processus d'assurance qualité.

Vérifier et corriger autant de fois que nécessaire

Pour terminer, quelques mots sur le processus de vérification lui-même. Il ne suffit pas d'exécuter la vérification, de corriger les erreurs, puis de fermer le fichier définitivement. Il peut toujours y avoir des inexactitudes qui vous ont échappé et, en outre, la correction d'une erreur peut en créer de nouvelles si vous n'êtes pas suffisamment vigilant. Tous les développeurs de logiciels pourront en témoigner. Par conséquent, la procédure idéale serait de vérifier, corriger, puis vérifier à nouveau (et corriger en conséquence), et ce, jusqu'à ce que toutes les erreurs soient éliminées. Cela ne signifie pas nécessairement que la fenêtre « Messages » sera vide à la fin du processus. Elle peut contenir encore plusieurs avertissements ou remarques, à condition qu'ils aient été traités et laissés intentionnellement (concernant la modification de l'ordre des balises, par exemple, comme mentionné précédemment).  

En résumé, chaque étape est cruciale : une première vérification ainsi qu'une relecture approfondie une fois la traduction terminée, puis une seconde vérification par le chef de projet, qui est responsable des derniers contrôles avant livraison et, à ce titre, représente la dernière chance de traiter les erreurs qui n'ont pas été identifiées au cours des étapes précédentes. Il s'agit d'une tâche délicate, car même si vous savez parler plusieurs langues, les projets que vous gérez comporteront toujours des langues que vous ne maîtrisez pas. Cependant, vous n'avez pas forcément besoin de comprendre la langue : votre principale tâche consiste à repérer les problèmes, leur résolution n'intervient qu'en second lieu, sans oublier que Studio vous prête main-forte pour les deux étapes.

Vous recherchez d'autres contenus liés aux chefs de projet ? Visitez notre plateforme Gestion de projet.